Guide Touristique : Saint Petersbourg

Saint Petersbourg

Rien ne peut compenser une seule larme d'un seul enfant.
Fiodor Dostoïevski

La ville de Saint Petersbourg a été fondée en 1703 par le Tsar Pierre le Grand. C'est précisément le 17 mai de cette année que des soldats russes posent la première pierre de la forteresse Pierre et Paul sur l'île Zaïatchi.
Le site choisi se situe dans la région marécageuse et inhospitalière dans le delta de la Neva. Pierre le Grand décide d'y ériger sa nouvelle capitale qui s'appellera Sankt Petersburg, l'allemand étant en vogue à la cour de Russie.
Ce nom ne fait cependant pas allusion au fondateur de la ville mais bien à Saint Pierre.
Saint Petersbourg est le point culminant de la volonté du tsar d'européaniser son pays. Il choisit l'emplacement en raison de sa situation aux portes de l'Occident.
Pour la construction, 30 000 hommes sont réquisitionnés et c'est à l'architecte Domenico Trezzini originaire de Suisse que revient l'honneur d'établir le premier plan d'ensemble de la ville. Plusieurs types d'habitations sont prévus selon le rang social.
Les premiers bâtiments édifiés sont la forteresse Pierre et Paul et la cathédrale Saint Pierre. Les constructions avancent péniblement en raison de la nature marécageuse des lieux envahis en été par les moustiques et en hiver par les glaces. Les grandes familles russes sont obligées d'y faire bâtir un palais bien qu'elles préfèrent résider à Moscou. C'est pourquoi le Tsar interdit toute construction en pierre dans le pays ailleurs que dans sa capitale et oblige chaque navire abordant dans le port d'amener un quota de pierres et de briques pour bâtir Saint Petersbourg.
En 1716, un nouvel architecte, Jean-Baptiste Alexandre Leblond établit le plan du centre de la ville et des innombrables canaux et ponts qui doivent relier les 42 îles composant la ville.
En 1725, Pierre le Grand décède alors que Saint Petersbourg est toujours en chantier. Les grandes familles font pression sur son successeur Pierre II qui n'a que 13 ans et obtiennent en 1732 le rétablissement de Moscou comme capitale de l'empire.
Sous le règne d'Elisabeth 1ère de 1741 à 1762, la construction reprend de plus belle et de nombreux bâtiments " rococo " sont élevées comme le palais d'hiver qui comporte 420 salles.
Les palais et édifices officiels s'élèvent de partout et font de Saint Petersbourg une des plus belles villes du monde, dominée par le style baroque italien.
Lorsque la Russie entre en guerre contre l'Allemagne en 1914, Saint Petersbourg devient Petrograd et à la mort de Lenine en 1924 elle sera rebaptisée, Leningrad.
La seconde guerre mondiale va semer la désolation parmi sa population. Un siège terrible et la famine provoqueront près d'un million de morts.
En 1991, elle a retrouvé son nom d'origine, Saint Petersbourg, par referendum populaire.
Elle compte de nos jours 5 millions d'habitants et est fort active dans les secteurs portuaires et industriels mais elle a définitivement perdu sa première place au profit de Moscou.



Visite Saint Petersbourg

Saint Petersbourg mérite amplement sa réputation d'une des plus belles villes au monde.
Bâtie sur 42 îles formant le delta de la Neva, elle étonne tout d'abord par ses nombreux ponts jetés au-dessus des canaux et qui assurent les communications dans la ville. Le premier bâtiment officiel construit en 1703, fut la forteresse Pierre et Paul et le reste de la ville s'est étendu à partir de ce point.
Saint Petersbourg est une ville récente conçue en une fois et dans son ensemble. Elle présente donc un tracé géométrique, aux larges voies rectilignes et aux places dégagées et mises en valeur. Les artistes et architectes, attirés par ce projet, y édifièrent des bâtiments qui réunissent tradition russe et styles en vogue à l'époque, le baroque et le classique.
La plus grande avenue, la perspective Nevski bordée de palais, de places et de monuments religieux traverse la ville sur toute sa longueur. Cette artère souvent comparée aux Champs Elysées, est également le centre de toutes les animations de Saint Petersbourg.
La taille des bâtiments, la richesse des décors, des façades, nous rappellent que cette ville est née de la volonté d'un tsar d'avoir sa propre capitale.
Vous ne pouvez pas manquer la visite du musée de l'Ermitage abrité dans les salles du Palais d'Hiver qui possède une collection de chefs d'oeuvres réputé pour être une des plus belles existantes.
Plus anecdotique sera la visite de la " Maisonnette de Pierre Ier " située dans le jardin d'été. Première habitation de Saint Petersbourg, construite en bois et sans fondation, elle servait de résidence à Pierre le Grand pendant qu'il surveillait les travaux de la ville.
Enfin vous passerez des soirées typiquement russes, dégustant du caviar, buvant de la vodka, bercés par les accents des violons et des balalaïkas.
Bonne visite...


Bonne visite...



Le musee de l'Ermitage de Saint Pertersbourg

Le musee de l'Ermitage de Saint Pertersbourg

Le musée de l'Ermitage de Saint Petersbourg est un des plus grands du monde tant par la taille que par la richesse de ses collections.
Il possède trois millions d'oeuvres dont une grande partie n'est pas exposée faute de place bien que les 374 salles du musée couvrent 50 000 m². Il occupe en effet l'ancien Palais d'Hiver des Tsars de Russie, bâti le long de la Neva ainsi que trois autres bâtiments qui lui furent annexés.
Le Palais d'Hiver est une construction de style baroque de toute beauté. Il fut construit en 1754 pour Elizabeth Petrovna, fille de Pierre le Grand.
C'est Catherine II de Russie qui débuta ce qui allait devenir la plus collection de peintures du monde, elle fit construire une annexe au palais, l'Ermitage, pour l'y abriter. 16 000 tableaux des plus grands maîtres sont à présent visibles à Saint Petersbourg. Parmi celles-ci, nous pouvons admirer de nombreuses oeuvres de peintres français, italiens et flamands car les Russes étaient à l'affût de toute vente particulière ou de collection entière dont la plus célèbre fut celle de Crozat, riche galerie parisienne en 1772 qui possédait entre autres des oeuvres de Véronèse, Rembrandt, Rubens, Watteau, ...
Alexandre Ier, bien qu'il continuât à y résider fit du palais un musée impérial.




Forteresse Pierre et Paul de St Petersbourg

Forteresse Pierre et Paul de St Petersbourg

La forteresse Pierre et Paul est le premier monument bâti à Saint Petersbourg. Elle prit place sur l'île Zayachii (île aux lièvres) reliée à la terre ferme par un pont jeté au-dessus de la Neva.
Elle fut construite en 1703 et devait servir à surveiller la Baltique et à défendre l'embouchure de la Neva. A l'origine, construite en terre, elle fut maçonnée en 1706.
Plusieurs bâtiments composent la forteresse dont le principal est certainement la Cathédrale Pierre et Paul qui abrite les tombeaux des membres de la dynastie des Romanov. Sa flèche culmine à 123 mètres de haut et est surmontée d'un ange tenant une croix. Cet ange est devenu un des symboles de la ville. Le carillon a été fabriqué à Mechelen en Belgique.
La forteresse devint très vite une prison politique et le premier prisonnier à ya voir été enfermé fut Alexis, le propre fils de Pierre le Grand. D'autres prisonniers célèbres lui succéderont comme Dostoïevski et Trotsky. En 1917, la forteresse est attaquée par des soldats mutins qui libèrent les prisonniers. Les Tsaristes y furent regroupés afin de les soustraire à la population.
Le 25 octobre, la forteresse tombe entre les mains des Bolcheviks. Suivant un ultimatum du comité militaire-révolutionnaire aux ministres du gouvernement provisoire du Palais d'hiver après une salve à blanc du croiseur Aurore, à 21 h les canons de la forteresse tirèrent environ 30 obus sur le Palais d'hiver dont seul deux atteignirent leur cible, ne provoquant que des dégâts mineurs. À 2h10, le Palais d'hiver fut pris, les ministres capturés furent alors emmenés à la forteresse comme prisonniers. Ceux furent les derniers à y être incarcérés car elle fut convertie en musée en 1924. En 1931, un laboratoire de dynamique des gaz s'y installa. La structure de la forteresse souffrit de dégâts importants durant le siège de la ville par les troupes allemandes lors de la seconde guerre mondiale mais elle fut restaurée par la suite.




La perspective Nevski

La perspective Nevski

En 1737, une commission spéciale fut créée pour coordonner le développement de la ville autour d'un centre, la Perspective Nevski, immense artère de 4 kilomètres de long reliant l'Amirauté au Monastère Alexandre Nevski. Certaines règles urbanistiques furent mises au point. Ainsi aucun bâtiment ne pouvait dépasser en hauteur le Palais d'Hiver.
La construction des bâtiments bordant la Perspective s'étant étalée sur 150 ans, elle nous offre un résumé de l'architecture russe.
On peut ainsi admirer la Cathédrale Kazan devenue musée de la Religion, l'ancien bâtiment Singer, les grands magasins Gostiny Dvor, la place ou trône la statue de Catherine II entourée de ses amants… ainsi que quelques somptueux palais de style baroque ayant appartenu aux plus grandes familles nobles de Russie. Des célébrités ont résidé sur cette voie. Nous pouvons citer parmi celles-ci Gogol, Dostoïevski, Tourgueniev, Tchaikovsky ou Rimski-Korsakov.
Mais la Perspective Nevski, c'est surtout le coeur de la vie de Saint Petersbourg. Dans sa partie la plus large, elle compte huit bandes de circulation et ses larges trottoirs sont envahis par une foule animée déambulant devant les devantures des magasins. Les boutiques de marques internationales luxueuses remplacent graduellement les anciens commerces russes traditionnels.




Eglise Saint Sauveur sur le Sang Verse

Eglise Saint Sauveur sur le Sang Verse

La Cathédrale du Saint Sauveur sur le Sang Versé fut érigée entre 1883 et 1907 sur base d'un projet d'Ignati Malychev, supérieur du monastère de la Trinité de Saint Serge de Strelma à l'endroit exact ou Alexandre II fut mortellement blessé le 1er mars 1881.
L'architecte Alfred Parland innova avec cette construction dans le domaine de l'ingénierie. C'est ainsi que la cathédrale est bâtie sur une dalle en béton et non sur des pilotis en bois. Elle est également équipée de l'éclairage électrique, d'un système anti-foudre, d'un système d'écoulement des eaux et d'un système de chauffage à air.
La décoration tant intérieure qu'extérieure est très variée et utilise mosaïques, feuilles de cuivre, tuiles polychromes vernissées, marbre, granit, ...
En 1930, l'église est fermée au culte. Les autorités veulent démolir le bâtiment qui sera sauvé lorsque la guerre met le projet aux oubliettes.
La cathédrale servit ensuite de morgue durant la guerre et d'entrepôt de décors de théâtre après celle-ci. En 1968, l'Etat prend enfin la décision de protéger le bâtiment et en fait une succursale du musée d'Etat. La restauration commencée en 1997 se poursuit encore à l'heure actuelle et chaque année, plus d'un million de visiteurs découvrent avec plaisir l'église.




Le caviar

Le caviar

De nos jours, un millier de tonnes de caviar est consommé annuellement en Russie. Il y est considéré comme un aliment bon pour la santé, aux propriétés aphrodisiaques, capable d'améliorer la vue et de retarder les effets de l'alcool.
A Saint Petersbourg, il est dégusté avec des blinis principalement lors de la semaine de Maslenitsa, fête païenne marquant le début du printemps.
Jusqu'au 18ème siècle, le caviar était donné aux cochons et aux pauvres. C'est Catherine II qui commença à le mettre à l'honneur. Les Bolcheviks nationalisent sa production en 1919.




La comtesse de segur

La comtesse de segur

Sophie Feodorovna Rostopchine, comtesse de Ségur est née le 1er août 1799 à Saint-Pétersbourg, est un écrivain renommé pour ses livres pour enfants, dont le plus connu s'intitule Les Malheurs de Sophie.
D'une famille d'origine mongole, son père le comte Fédor Rostoptchine fut lieutenant-général puis ministre des Affaires étrangères de Paul Ier. En 1812 il est gouverneur de Moscou lors de l'entrée de la Grande Armée.
Malgré l'opposition des propriétaires des plus belles demeures, il organise le grand incendie qui oblige Napoléon à une retraite qui deviendra désastreuse. Malgré la réussite de ce plan, ceux qui ont perdu leurs manoirs lui font une situation si inconfortable qu'il préfère s'exiler en Pologne en 1814, puis en Allemagne et en Italie et enfin en France en 1817. C'est là que Sophie rencontre Eugène de Ségur qu'elle épouse le 14 juillet 1819.
Polyglotte, parlant cinq langues depuis l'âge de six ans, Sophie Rostopchine a été sujette à des crises d'hystérie l'obligeant à correspondre avec son entourage à l'aide de sa célèbre ardoise. La comtesse de Ségur montre ne qu'une vocation très tardive d'écrivain, elle a en effet écrit son premier livre à cinquante-huit ans.
Ses romans furent publiés entre 1857 et 1872 dans la Bibliothèque rose illustrée chez Hachette. Elle est morte le 9 février 1874 à Paris.




La vodka

La vodka

La vodka, signifiant " petite eau ", est la boisson nationale russe. C'est Ivan le Terrible qui en donna le monopole de production à l'Etat. Les premières distillations de Vodka étaient de grande qualité mais à partir de Pierre l Grand, la vodka devint de plus en plus mauvaise. C'est pourquoi, Catherine II permit aux nobles de distiller des eaux-de-vie dans leurs propriétés. Ils mirent un point d'honneur à produire des vodkas d'une exceptionnelle pureté et atteignant juste les 40% d'alcool requis.
En Russie on boit la vodka par " charkos ", doses de 150 gr. On ne la boit jamais seul. Le premier toast est porté à la rencontre et le second aux femmes. Celui-ci doit être bu debout en claquant les talons.




La matriochka

La matriochka

La matriochka, jouet typiquement russe est en fait d'origine japonaise. Ce n'est qu'à la fin du 19ème siècle qu'elle est fabriquée en Russie.
Les matriochkas sont composées de 3 à 10 petites poupées s'emboîtant les unes dans les autres. Elles ont en bois de tilleul et peintes à la main. Elles sont toutes coupées dans la même pièce de bois.
Les matriochkas classiques représentent les membres de la famille ou des fleurs et sont dans les couleurs traditionnelles, vert, jaune et bleu.
De nos jours, les motifs sont plus réalistes et leur gamme plus diversifiée.