Guide Touristique : Edimbourg

Edimbourg

Ose être honnête et ne crains pas le travail
Robert Burns

Le site d'Edimbourg fut occupé vers 850 avant JC. Il s'agit alors d'une petite cité construite autour d'un piton volcanique, Castle Rock probablement choisi car il servait de défense naturelle aux habitants. Vers le 6ème siècle, trois tribus se partagent l'Ecosse, les Pictes, les Scots et les Bretons. Edimbourg appartient probablement à ces derniers et le site est alors appelé Fort d'Eydin.
Les Angles originaires du Nord Est de l'Angleterre colonisent, au 7ème siècle, le sud est de l'Ecosse et édifient une forteresse sur Castle Rock qu'ils appellent Edwinesburh anglicisant ainsi le nom donné par le roi de Northumbria, Ewinburg.
En 1018, la frontière est redéfinie par Malcolm II et la Tweed, au sud d'Edimbourg, marque dorénavant la limite entre l'Ecosse et l'Angleterre.
Edimbourg commence à prendre de l'essor grâce à l'implantation de marchés et au fait que David Ier y installe sa cour et y fonde l'abbaye de Holyrood.
Cet âge d'or prend fin en 1513 lorsque Jacques IV meurt à la bataille de Flodden. Les Ecossais unissent Marie Stuart au Dauphin de France. Dépités les Anglais sèment la terreur dans la ville et l'Ecosse doit faire appel à la France.
Le calvinisme monte en Ecosse et en 1560 le Parlement crée une église protestante indépendante de Rome. En 1603, Jacques VI d'Ecosse devient roi d'Angleterre lorsque Elizabeth 1ère décède. La cour se transporte à Londres et Edimbourg perd son importance politique.
Ce déclin s'accroît lors de la fusion des deux pays en 1707.
Parallèlement à cet oubli, la population va croissante en raison de l'arrivée massive d'immigrants irlandais chassés par la famine au 19ème siècle. Cette explosion démographique entraîna beaucoup de misère qui, à l'heure actuelle, est encore à l'origine de graves problèmes sociaux. Fort heureusement l'élection d'un parlement écossais en 1999 a amorcé une renouveau pour la capitale écossaise qui a vu son taux de chômage fortement baissé depuis lors.



Visiter Edimbourg

La topographie d'Edimbourg est étonnante. Le château domine la cité, perché au sommet d'un volcan éteint dont trois des côtés sont pratiquement abrupts. Lorsque vous le visiterez, ne manquez pas d'assister, sur l'esplanade, à la relève de la garde et de visiter le Musée des Scottish United Services réunissant les souvenirs des régiments écossais.
En sortant du château, empruntez le Royal Mile pour rejoindre le palais de Holyrood. Cette longue rue est bordée d'habitations étonnantes, immeubles à nombreux étages datant du 15ème siècle lorsque les habitants de la cité furent les premiers à créer des habitations en hauteur pour pallier au problème de surpopulation. Vous pourrez également faire une halte au Scotch Whisky Heritage Centre pour tout connaître sur la boisson nationale. Enfin, vous arriverez au parc Hollyrood ancien terrain de chasse des rois écossais s'étendant sur 263 ha de collines, landes et lochs et surplombant dont les murs vous confieront peut être les sinistres événements, assassinats et complots dont ils furent témoins.
Avant de vous relaxer dans un pub, il vous restera à admirer l'université en activité depuis 1583, visiter les nombreuses collections conservées dans le Royal Museum of Scotland et à vous perdre dans de petites ruelles qui ont inspiré Robert Louis Stevenson pour son célèbre Dr Jekyll et Mr Hyde.
L'animation d'Edimbourg vous fera oublier un climat souvent ingrat et si vous vous y rendez fin août ou début septembre, vous pourrez assister au Festival International d'Edimbourg associant défilés militaires, concerts d'amateurs et de professionnels et complaintes de cornemuses.
Bonne visite...


Bonne visite...



Le chateau d'Edimbourg

Le chateau d'Edimbourg

Le château d'Edimbourg, installé sur un rocher volcanique culminant à 135 mètres d'altitude se situe au sommet de la ville. Le site a été utilisé comme forteresse dès la préhistoire. Trois côtés du château sont protégés par des falaises et on ne peut donc y accéder qu'en gravissant une route sur le côté est. Vous arrivez ainsi à une large esplanade ou un portail s'ouvre sue la voie menant à la cour au centre de la forteresse.
C'est le roi de Northumbria, Ewin qui construisit au 6ème siècle cet ensemble, en place de l'ancien château.
En 1996, après sept siècles d'exil en Angleterre, la pierre de la Destinée (ou de Scone) a repris place en Ecosse. Depuis au moins le 9ème siècle, les rois de Scots étaient intronisés à Scone et aucun roi ne pouvait l'être sans s'être assis au préalable sur ladite pierre conservée dans l'abbaye de Scone. En 1296, Edouard 1er envahit l'Ecosse et emporte en Angleterre la pierre de Destinée ainsi que les autres attributs de la royauté. Depuis lors la pierre se trouvait sous le siège royal de l'abbaye de Westminster. Pour célébrer le 7ème centenaire de cet événement, le gouvernement britannique décida de restituer la pierre à son pays d'origine qui depuis le 30 novembre 1996 est conservé dans le château d'Edimbourg.




Dean Village

Dean Village

Au coeur de la ville d'Edimbourg, un quartier entier, le Dean Village, était occupé par une communauté d meuniers. Ils s'installèrent au 12ème siècle au bord de la Leith River et en 1700, onze moulins tournaient encore.
Le quartier a été transformé de nos jours en zone résidentielle particulièrement calme car on n'y trouve ni commerce ni pub.
Les maisons en grès rouge et la beauté de la rivière offrent une parenthèse agréable dans une ville animée.




Holyrood Palace

Holyrood Palace

En 1128, David 1er d'Ecosse fonde un monastère à Edimbourg au bas du Royal Mile, la rue reliant actuellement le château au palais de Holyrood (sainte croix en Scots). Il servit de résidence principale aux souverains écossais à partir du 15ème siècle.
La légende raconte que lors d'une partie de chasse, David 1er aperçut un cerf portant un crucifix entre les bois et qu'il décida alors de fonder une abbaye consacrée à Saint Augustin à cet endroit.
Au 15ème siècle, une maison d'hôtes occupait la partie nord de l'actuel palais. Jacques II d'Ecosse y naquit, s'y maria et y est enterré.
C'est Jacques IV qui, en 1498, fait construire un nouveau bâtiment et fait d'Holyrood un véritable palais qui prend place autour d'une cour carrée à l'ouest du cloître de l'abbaye.
Marie Stuart y eut ses appartements dans la tour nord-ouest et y vécut des heures bien sombres. Le 9 mars 1566, David Rizzio, secrétaire particulière de la reine d'Ecosse y est assassiné sous ses yeux alors qu'elle est enceinte. Il est probable que le seigneur Darnley, son époux qui jaloux de l'amitié existant entre Marie et l'Italien conspira avec des nobles protestants ce meurtre. Cet épisode dramatique marqua le point de départ de la fin tragique de Marie, reine d'Ecosse.
Lorsque Jacques VI transporte sa cour à Londres, Holyrood devint uniquement la résidence des souverains anglais lors de leurs visites en Ecosse avec une exception, le palais accueillit la famille royale française en exil suite à la Révolution.




Universite Edimbourg

Universite Edimbourg

Au 16ème siècle, la ville d'Edimbourg se développe considérablement et cette expansion démographique engendre le besoin de construire une université.
L'université d'Edimbourg est fondée en 1583 après avoir été établie par charte royale par Jacques VI d'Ecosse. Son financement provient uniquement des fonds de la ville et elle fut donc la première université citoyenne non assujettie au souverain pontife.
C'est encore de nos jours une des plus grandes universités du Royaume Uni et elle fait partie des dix meilleures universités d'Europe. Elle accueille plus de 17 000 étudiants et est réputée pour ses formations en informatique et en management.




La Biere d'Edimbourg

La Biere d'Edimbourg

Le brassage de la bière est une industrie traditionnelle de la ville. Suite à la fermeture de nombreuses industries, la Caledonian Brewery est désormais la plus grande brasserie d'Édimbourg. Elle fut fondée en 1869 et continue à brasser une bière dans des locaux et avec une tradition qui ont fort peu changés depuis lors. Elle est une des deux dernières brasseries d'Edimbourg sur les 40 existant à l'époque.




La Cornemuse

La Cornemuse

Depuis 1950, le "Military Tattoo" d'Edimbourg est un événement annuel se déroulant pendant le Festival International à l'Esplanade du château. Aujourd'hui 200.000 personnes y assistent.
Le programme comprend de la musique d'un ensemble de cornemuses et de tambours des régiments écossais ainsi qu'une harmonie de fanfare. La participation d'Unités Etrangères contribue largement à sa renommée.
Le mot "Tattoo" est dérivé du hollandais "Tap-to", qui littéralement veut dire: "Fermez les robinets". Le signal, qui indiquait que les soldats devaient regagner leur cantonnement, et que l'on devait fermer les robinets des tonneaux de bière dans les tavernes, était transmis chaque soir par des battements de tambour.




Marie Stuart

Marie Stuart

Marie Stuart, reine d'Écosse et de France, fille de Jacques V, roi d'Écosse, et de Marie de Lorraine, naquit en 1542, perdit son père six jours après sa naissance, et fut aussitôt reconnue reine sous la tutelle de sa mère, Marie de Lorraine. Elle épousa en 1558 le Dauphin de France, qui l'année suivante devint roi sous le nom de François II. Veuve de ce prince après dix-huit mois de mariage, elle retourna, quoique à regret, en Ecosse. Elle épousa le jeune Henri Darnley, son cousin, qui n'avait pour lui que sa beauté; mais cette union ne fut pas heureuse : Darnley, jaloux d'un italien nommé David Rizzio, secrétaire et confident de la reine, le fit assassiner sous les yeux mêmes de Marie. Ce prince périt lui-même peu après (1567), d'une manière tragique et l'on soupçonna Marie Stuart de n'être pas étrangère à sa mort d'autant qu' elle épousa celui qu'on accusait fait tuer Darnley, le comte de Bothwell.
Les Écossais, soulevés par Murray, son frère naturel, s'arment alors contre elle, s'emparent de sa personne, l'enferment au château de Loch-Leven et veulent la forcer d'abdiquer et d'abjurer la religion catholique. Elle parvient à s'échapper de sa prison, et se réfugie en Angleterre (1568), espérant trouver protection auprès de la reine Élisabeth I, sa cousine. Mais cette princesse, dont elle s'était fait une ennemie jurée en prenant après la mort de Marie Tudor le titre de Reine d'Angleterre, et qui d'ailleurs était jalouse de sa beauté, la jeta dans une étroite prison, et la retint captive durant 18 ans. Plusieurs tentatives furent faites pour la délivrer, notamment par Norfolk; mais toutes échouèrent. Une conspiration ayant été ourdie contre Élisabeth, la reine saisit ce prétexte pour accuser Marie d'avoir trempé dans le complot, et la fit condamner à mort (1587).




Le Kilt Ecossais

Le Kilt Ecossais

Le kilt que nous connaissons aujourd'hui commença à se développer vers le milieu du XVIIIe siècle et dérive du plaid fonctionnel ceinturé à la taille (en gaélique, feileadh breacan ou feileadh mor, le " grand kilt ") qui était alors porté. Le feileadh mor était un vêtement plus long constitué d'un plaid d'environ 5 mètres de longueur que l'on enroulait autour de soi et que l'on ceinturait à la taille pour se couvrir à la fois le haut et le bas du corps. Au-dessous de la taille, le feileadh mor formait jupe comme le kilt actuel, tandis que le reste du tissu au-dessus de la taille était drapé sur l'épaule et fixé par une broche.
On supprima la partie supérieure du feileadh mor pour le simplifier, et on ne conserva que la ceinture et la jupe. Le vêtement ainsi obtenu fut appelé le feileadh beg ou " petit kilt ". Apparemment, cette transformation aurait été effectuée sur l'ordre d'un Anglais, directeur d'une fonderie à Invergarry, qui considérait que ses employés en kilt avaient besoin d'une plus grande liberté de mouvement pour faire leur travail.